• Home »
  • RD Congo »
  • RDC: une ONG publie la liste des détenus politiques et des opposants recherchés

RDC: une ONG publie la liste des détenus politiques et des opposants recherchés

En République démocratique du Congo, le Comité des Observateurs des Droits de l’Homme (CODHO), une ONG de défense des droits humains, a publié en août 2016 une liste non-exhaustive des détenus politiques et d’opinion ainsi que des opposants au régime du président Joseph Kabila poursuivis par la justice ou recherchées par les forces de défense et de sécurité pour des faits politiques ou d’opinion.

Maître N’Sii Luanda Shandwe, Président du Comité des Observateurs des Droits de l’Homme (CODHO), plaide pour la libération de tous les détenus politiques et d’opinion, et l’abandon de poursuite contre des leaders politiques et de la société civile pour des faits d’opinion, insurrectionnels, faits de guerre et infractions politiques. En produisant cette liste, Maître N’Sii Luanda Shandwe, Président du CODHO  espère apporter sa modeste contribution à l’approche visant la décrispation de la crise politique actuelle en République démocratique du Congo – Une crise née de la mal élection ou de la contestation du résultat de l’élection présidentielle de novembre 2011 en République démocratique du Congo.

Cette liste a été transmise au Président du Conseil de sécurité des Nations Unie, monsieur H.E. Dato’ Ramlan Ibrahim et aux Représentants Permanents des pays membres à New York; au Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, H.E. Ban-ki moon, pour leur soutien indispensable au Facilitateur du dialogue inclusif; à la présidente de la Commission de l’Union africaine (UA), H.E. Nkosazana Dlamini-Zuma, en sa qualité de mandante du facilitateur du dialogue politique national inclusif en RD Congo, et au Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU en RD Congo et chef de la MONUSCO, monsieur Maman Sambo Sidikou, aux Représentants permanents des pays membres de l’Union africaine (UA) à Addis-Abeba et à tous Ambassadeurs accrédités en R D Congo.

La liste a été aussi destinée aux Responsables des partis et regroupements politiques, et ceux des organisations de la société civile congolaise, actifs dans les négociations en vue de la tenue du dialogue politique national inclusif.

La liste présente deux grandes catégories des leaders et membres des partis politiques de l’opposition et des organisations de la société civile actuellement persecutés par les autorités de la République démocratique du Congo mais non détenus d’une part (II), et des leaders des partis des leaders et membres des partis politiques de l’opposition et des organisations de la société civile persécutés et actuellement détenus pour des faits politiques et d’opinion. Les Leaders politiques et sociaux en clandestinité en RD Congo ou en exil parce que recherchés par les forces de défense et de sécurité en RD Congo. Il s’agit de leaders de certains partis politiques de l’opposition et ceux de certaines organisations de la société civiles (II.1).

En ce qui concerne les partis politiques, le CODHO a identifié des leaders des partis et autres organisations politiques suivants: Armée de Résistance Populaire-ARP (II.1.a), Alliance des Patriotes pour la Réfondation du Congo –APARECO (II.1.b), Rassemblement congolais pour la Démocratie/ Kisangani-Mouvement de Libération -RCD/K-ML (II.1.c), Rassemblement congolais pour la Démocratie-National -RCD-N (I.1.d), Groupe de sept partis politiques –G7 (II.1.e),Engagement pour la Citoyenneté et le Développement –ECIDE (II.1.f),Résistants Combattants du Kongo-RCK (II.1.g), Alliance Des Forces Congolaises-AFC (II.1.h), et Lisanga (II.1.i).

En ce qui concerne les leaders des Organisations de la société civile actuellement recherchés par les forces de la défense et de sécurité en RD Congo, le CODHO cite des leaders des organisations suivantes : Comité des Observateurs des Droits de l’Homme – CODHO (II.2.a), Mouvement citoyen Filimbi (II.2.b), Ministère de la Restauration à partir de l’Afrique noire –MIRA (I.2.c), Ligue des Electeurs –LE (II.2.d), et les Organisations à base communautaires –OAC (II.2.e), Trois membres du Tribunal de paix de Lubumbashi/ Kamalondo sont fortement recherchés par les forces de sécurité (II.3).

Des opposants politiques et sociaux en exil et recherchés par les forces de sécurité

II.1.a) Armée de Résistance Populaire-ARP

01. Benoît Faustin Munene, ARP

02. Kasa-Vubu Ngimbi Marvyn, ARP

03. Kanama Marie-Faustine, ARP

04. Michel Kanama, ARP

05. Nabwenge Lobota, ARP

06. Mampuya Kizito, ARP

07. Mbelo Robert, ARP

08. Bayakala Mukawa-Sungu Timothée, ARP

09. Bakalandwa Omar, ARP

10. Muko Aimerance, ARP

11. Apete Mira, ARP

12. Ipangu Buka Patrick, ARP

13. Kreuzbichler Angiom Suzanne, ARP

14. Kasongo-Lunda Kiamfu Panzu (Lomi), ARP

15. Mayokidi Simon, ARP

16. Litanga Sileki Paul-Augustin, ARP

II.1.b) Alliance des Patriotes pour la Réfondation du Congo –APARECO

01. Honoré Ngbanda-Nzambo Ko Atumba, APARECO

02. Candide Okeke, APARECO

03. Botsua Bokulu, APARECO

04. Joseph Makunga, APARECO

05. Paulin Lomena, APARECO

06. Jean-Marie Makakngu, APARECO

07. Daniel Onhema, APARECO

08. Bernard Mbongi, APARECO

09. Clovis Mbikay, APARECO

10. Ndala wa Ndala, APARECO

11. Alphonse Ebama Njoko, APARECO

12. Raphy Kizozo, APARECO

13. José Yango W’Etshiko (Yajovin), APARECO

14. Léonard Mulopo Kapita, APARECO

15. Frederick Batuafe, APARECO

16. Fulgence Kongo Odjile, APARECO

17. Jean-Jacques Buangala, APARECO

18. Georges Moke Modiki, APARECO

19. Emmanuel Ibobo, APARECO

20. Mangongo Monga Akambu, APARECO

II.1.c) Rassemblement congolais pour la Démocratie/ Kisangani-Mouvement de Libération -RCD/K-ML

1. Antipas Mbusa Nyamwisi, RCD/K-ML

II.1.d) Rassemblement congolais pour la Démocratie-National -RCD-N

1. Roger Lumbala, RCD-N

II.1.e) Groupe de sept partis politiques –G7,

1. Moise Katumbi Chapwe, G7

II.1.f) Engagement pour la Citoyenneté et le Développement –ECIDE
1. Kahindo W. Axel, ECIDE

II.1.g) Résistants Combattants du Kongo-RCK

1. Jean-Martin Sali Mbongenge, RCK

2. Blandine Diafuta, RCK

II.1.h) Alliance Des Forces Congolaises-AFC
1. Fanfan Longa Fuamba, AFC

2. Jean-Paul Rukengwa, AFC

3. Serge Kusanika, AFC

II.1.i) Lisanga,
1. Rolan Mena,

II. 1.j) Mouvement pour la Révendication de la Vériré des Urnes-MRVU
1. Colonel John Tshibangu (depuis le 19/08/2012)

Leaders des Organisations de la société civile

II.2.a) Comité des Observateurs des Droits de l’Homme – CODHO

01.N’Sii Luanda Shandwe, CODHO

02.Kalume Mutombo John, CODHO

03.Katula Kampinga Charly, CODHO

04.Nguba Luanda Adrien, CODHO

05.Lwanche Mapenzi, CODHO

06.Luanda Bahani Justine, CODHO

07.Munihire Asinge Asi, CODHO

08.Kitsa Kipfumba, CODHO

09.Kahunga Munihire Anne-Marie, CODHO

10.Mirimo Luanda, CODHO

11.Mukambile Anicet, CODHO

12.Kijana Faray Oscar, CODHO

II.2.b) Mouvement citoyen Filimbi

1. Floribet Anzuluni, Filimbi

2. Yangu Kiakwama, Filimbi

3. Franck Otete, Filimbi

II.2.c) Ministère de la Restauration à partir de l’Afrique noire –MIRA,

1. Paul Joseph Mukungubila Mutombo, MIRA

2. Esther Mukungubila, MIRA

II.2.d) Ligue des Electeurs –LE

1. Nsapu Mukulu Paul, LE

II.2.e) Organisations à base communautaires –OAC

1. Pélagie Beby Mbole, OAC

2. Nacha Matondo Nzomambu, OAC

3. Elly Mongi Masudi, OAC

II.3. Des membres du pouvoir judiciaire recherchés pour leur indépendance

1. Chantal Ramazani Wazuri, présidente du Tribunal de Paix de Lubumbashi/ Kamalondo

2. Christian Nyindu, greffier du Tribunal de Paix de Lubumbashi / Kamalondo

3. Un X, autre greffier du Tribunal de Paix de Lubumbashi/ Kamalondo

Liste des détenus politiques et d’opinion en RD Congo

Les membres de l’équipe de CODHO ont identifié des détenus politiques et d’opinion à Kinshasa et à Lubumbashi (au sud-est du pays).

III.1. DETENUS POLITIQUES ET D’OPINION A KINSHASA

Des détenus politiques et d’opinion à Kinshasa ont été enregistrés, non seulement dans les deux prisons Makala et Ndolo, mais aussi dans les geôles de l’Agence nationale de Renseignements (ANR) et celles de l’Etat-major de renseignements militaries (EMRM).

III.1.1. Détenus politiques et d’opinion des prisons Makala et Ndolo à Kinshasa

III.1.1. A. Détenus politiques:

Outre les membres et chefs de certains groupes et rébellions armés, victimes de la non application équitable de la Loi n° 014/006 du 11 février 2014 portant amnistie pour faits insurrectionnels, faits de guerre et infractions politiques, les détenus politiques identifiés par CODHO sont membres de 7 partis et regroupements politiques. Il s’agit de:

III.1.1. A.a- Armée de Résistance Populaire-ARP

1. Kikudi Bwal’Emband Raphaël, ARP

2. Mbenza Mwanza Léon, ARP

3. Muniama Nzungu Gautier, ARP

4. Kisiri Matondo Korando, ARP

III.1.1.A.b-Démocratie Chrétienne –DC,

1. Eugène Diomi Ndongala, DC

III.1.1.A.c-Solidarité Congolaise pour la Démocratie et le Développement –SCODE

1. Jean-Claude Muyambo Kyassa

III.1.1.A.d-Groupe de sept partis politiques –G7

1. Yannick Kibinda Mukeba, proche de G7

2. Franck Mwashila, proche de G7

3. Idi Sefu, proche de G7

III.1.1.A.e-Mouvement de Libération du Congo – MLC

1. Gérard Mulumba Kongolo, MLC

2. Bakamba Ekenze Christian, MLC

III.1.1.A.f- Union des Républicains -UR

1. Norbert Luyeye, UR et ses six proches,

III.1.1.A.g- Union pour la Nation Congolaise – UNC

1. Victor Tesongo, UNC

III.1.1.A.h-Détenus politiques du procès Laurent D. Kabila à la Prison Makala à Kinshasa

Le 16 janvier 2001, vers 13h30, le président de la République Laurent-Désiré Kabila est abattu dans son bureau de trois balles, par l’un de ses gardes du corps, Rachidi Kasereka. Il sera lui-même tué quelques minutes plus tard par l’aide de camp du président, le colonel Eddy Kapend. Selon les témoignages, le principal complice, qui attendait le meurtrier dans une voiture à l’extérieur du palais présidentiel, réussit à prendre la fuite. S’ensuit alors une gigantesque rafle dans l’entourage du président défunt. Le CODHO estime que les 38 détenus encore vivants doivent être immédiatement libérés et indemnisés par l’Etat congolais. Même si le Cour d’Ordre militaire (COM), a été dissolute, la justice militaire ongolaise doit être mise aux normes d’un Etat de droit pour qu’un procès équitable puisse être rouvert, ou que le président de la République décide par grace présidentielle de la libération de tous ces détenus, étant entendu qu’ils ont passé plus de 15 ans derrière les barreaux à l’issue d’un procès inique.

Ces détenus ont été condamnés dans le procès de l’assassinat du président Laurent-Désiré Kabila, arrêtés en 2001 et condamnés par la Cour d’Ordre Militaire –COM en 2003:

En plus, la Cour d’Ordre militaire – COM a été une juridiction d’exception de triste mémoire qui a été mise en place par le nouveau régime du 17 mai 1997, issu de la victoire militaire de la rébéllion de l’Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération du Congo –AFDL, pour juger ceux qu’ils ont qualifé de subsersifs ou opposants contre ces nouvelles autorités. Dans le cas du procès sous examen, il en reste en détention les personnes suivantes :

01. Eddy Kapend Irung, peine de mort,

02. Constantin Nono Lutula, peine de mort,

03. Georges Leta Mangasa Salakoso, peine de mort,

04. Alphonse Mutindo, peine de mort,

05. Gordon Kunda Ndalabo, peine de mort,

06. Itongwa Ngirinda Echo, peine de mort,

07. Roger Amisi Bakuka, peine de mort,

08. Jean Chiribagula Mulume, peine de mort,

09. Djodjo Mukanirwa Nyampeta, peine de mort,

10. Fils Murhanzi Burume, peine de mort,

11. Richard Yav Ditend, peine de mort,

12. Bosco Kitamuka Bitanda, prison de perpétuité,

13. William Bilolo Kabinku Kadiku, prison de perpétuité,

14. Ildephonse Depho Balungwe Birhashirwa, prison de perpétuité,

15. Pascal Marhegane Bishanvu, prison de perpétuité,

16. Yves Kizito Kompanyi, prison de perpétuité,

17. Césaire Muzima Mwenyezi, prison de perpétuité,

18. Théodore Basole Baziraboba, prison de perpétuité,

19. Munganga Ndjaki, prison de perpétuité,

20. Kashindi Mubone Elias Kumy, prison de perpétuité,

21. Marcellin Chikuru Chambu Chumusa, prison de perpétuité,

22. Jimmy Bisimwa Chubaka, prison de perpétuité,

23. Kibonge Mulumba Theobard, prison de perpétuité,

24. Gervais Baguma Safari, prison de perpétuité,

25. Bernard Bahaya Maheshe, prison de perpétuité,

26. Emmanuel Ndongo Kahilu Emma, prison de perpétuité,

27. Prosper Kabumba Kabwika Kisezera, prison de perpétuité,

28. John Bompengo, prison de perpétuité,

29. Maurice Mississipi Kasongo, perpétuité,

30. Mechack Luhunga Maître, 20 ans de prison,

31. Kot Diur Alain, 20 ans de prison,

32. Nelly Ngoy Twite, 20 ans de prison,

33. Silva Fiama Silvain, 20 ans de prison,

34. Jean-Claude Kimwanga Mbayo, 20 ans de prison,

35. Kapya Nyange Jean-Jacques, 20 ans de prison,

36. Oscar Mayembe, 20 ans de prison,

37. Maurice Kolokota Singa, 20 ans de prison,

38. François Lukombo Nkani, 20 ans de prison.

A.i-Victimes de la non application équitable de la Loi n° 014/006 du 11 février 2014 portant amnistie pour faits insurrectionnels, faits de guerre et infractions politiques

Au moins quatorze membres et chefs des groupes armés de l’Est du pays sont détenus à la prison de Ndolo à Kinshasa et devraient bénéficier de l’application la loi d’amnistie du 11 février 2014, mais ils victimes de discrimination du fait d’une application sélective de la loi.

Consultez l’intégralité du document en cliquant ICI

Fait à Paris/ Kinshasa, le 26/08/2016.

Maître N’Sii Luanda Shandwe
Président CODHO [Comité des Observateurs des Droits de l’Homme – CODHO]

Par Bakolokongo.com

(2)