• Home »
  • Nouvelles »
  • Egypte: le pape François célèbre une messe devant des milliers de fidèles au Caire

Egypte: le pape François célèbre une messe devant des milliers de fidèles au Caire

Au second jour de sa visite en Egypte, le pape François s’apprêtait à célébrer samedi une messe dans un stade du Caire devant des milliers de fidèles, au moment où les chrétiens du pays sont visés par des attentats.
A l’entrée du stade de l’armée de l’air égyptienne d’une capacité de 30.000 places, les fidèles arrivaient le matin à bord d’une noria de bus passant plusieurs barrages de police.

Des soeurs vêtues en gris et beige, des scouts couverts de badges, des familles, des hommes en costumes, des jeunes en jeans, des prêtres orthodoxes et catholiques, des personnes âgés marchant avec des cannes, avançaient lentement aux abords des différentes entrées du stade.

Le pape, debout à l’arrière d’une petite voiture, est apparu dans le stade saluant les fidèles.

Après avoir plaidé la veille pour la tolérance et le dialogue entre musulmans et chrétiens, le chef spirituel de près de 1,3 milliard de catholiques dans le monde doit diriger la messe à partir de 10H00 (08H00 GMT).

Le rassemblement religieux doit réunir tous les rites catholiques du pays, notamment les églises copte, arménienne, maronite et melkite.

« Nous sommes si heureux que ça ne nous dérange pas d’attendre. (…) On est fier qu’il soit en Egypte », a dit à l’AFP Kanzi Bebawi, 33 ans, en longue robe blanche, présente dans la queue avec son mari.

Le pontife, âgé de 80 ans, doit prononcer une homélie et prier avec les fidèles, au cours d’une cérémonie dont la liturgie sera en arabe et en latin.

– Rencontre avec des évêques –

Après un déjeuner samedi avec des évêques égyptiens, François ira à la rencontre de futurs prêtres étudiant dans un séminaire copte-catholique au sud du Caire.

Jorge Bergoglio doit quitter l’Egypte en fin d’après-midi à l’issue d’un programme minuté de 27 heures et marqué par une surveillance policière très visible.

Le pays à majorité musulmane compte une communauté catholique d’environ 272.000 fidèles, soit 0,3%¨de la population égyptienne. Les catholiques sont présents en Egypte depuis le Ve siècle.

Entre les XVIIIe et XIXe siècles, des ordres catholiques (franciscains, dominicains, jésuites) sont venus s’installer dans le pays, développant notamment un réseau d’écoles, d’hôpitaux et d’oeuvres caritatives.

La venue du pape -près de trois semaines après un double attentat suicide qui a fait 45 morts dans deux églises coptes orthodoxes du nord de l’Egypte, le jour du dimanche des Rameaux- prend un caractère hautement symbolique pour les chrétiens du pays.

Au premier jour de sa visite au Caire, le souverain pontife a abordé plusieurs sujets à résonance particulière au Moyen-Orient comme la prolifération des armes ou les « populismes démagogiques » qui « n’aident pas à consolider la paix et la stabilité ».

– Fraternité et amitié –

Fervent défenseur de l’oecuménisme, le pape François a eu vendredi soir une rencontre privée avec le pape copte orthodoxe d’Egypte Tawadros II.

Ils se sont joints également pour une prière commune à l’église copte Saint-Pierre et Saint-Paul, où un attentat jihadiste a fait 29 victimes en décembre, en plein coeur du Caire.

Les deux papes ont aussi signé une déclaration commune, réaffirmant leur liens « de fraternité et d’amitié », exaltant leur héritage commun, malgré la séparation entre l’Eglise catholique et les Eglises orientales orthodoxes.

« Nous luttons pour la sérénité et la concorde à travers une cohabitation pacifique des chrétiens et des musulmans », stipule ce texte.

La première journée du pontife argentin a été également placée sous le sceau du dialogue interreligieux, au côté du grand imam sunnite d’Al-Azhar Ahmed Al-Tayeb.

Beaucoup de chrétiens d’Egypte s’estiment tenus à l’écart des postes clefs du pays, tandis que leur appartenance religieuse est inscrite sur leurs papiers d’identité.

Les deux papes ont aussi appelé à « l’unité », en rappelant que la violence des extrémistes cible sans distinction les chrétiens, qu’ils soient catholiques ou orthodoxes. L’Egypte compte la plus grande communauté chrétienne du Moyen-Orient.

L’arrivée du pape François au stade où se sont assemblés des milliers des fidèles pour une messe au Caire, Egypte, 29 avril 2017

 

Le pape François, debout à l’arrière d’une petite voiture, est apparu dans le stade saluant les fidèles.

Les jihadistes ont menacé de multiplier les attaques contre les coptes, qui sont environ 10% des 92 millions d’Egyptiens.

Le déplacement de François, le deuxième d’un pape en Egypte dans l’époque moderne, intervient 17 ans après celui de Jean-Paul II, qui avait marqué les esprits.

François réconforte les coptes et plaide pour la paix

Le pape François et le pape copte Tawadros II, le 28 avril 2017, dans l’église Saint Pierre et Saint Paul au Caire qui a été  meurtrie en décembre par un attentat du groupe Etat islamique (EI), le pape François prie au côté du patriarche copte orthodoxe Tawadros II, alors que les chants liturgiques résonnent dans la nef, le 28 avril 2017 / © AFP / Andreas SOLARO

Le pape François a plaidé pour la paix et la concorde entre musulmans et chrétiens vendredi au Caire en se rendant dans une église copte où 29 fidèles ont péri dans un attentat jihadiste et auprès du grand imam d’Al-Azhar.

« Vos souffrances sont aussi nos souffrances », a dit le pontife lors d’un discours au siège de l’église copte orthodoxe devant le pape Tawadros II.

Les deux hommes, l’un en blanc et l’autre en noir, ont ensuite marché une centaine de mètres en procession, entourés de gardes du corps et de dignitaires religieux, pour rejoindre l’église Saint-Pierre et Saint-Paul, frappée en décembre par un attentat revendiqué par le groupe Etat islamique (EI) mais rénovée depuis.

Placée sous haute sécurité, la visite au Caire du pontife argentin intervient trois semaines après deux autres attaques contre des églises coptes orthodoxes, qui ont fait 45 morts le 9 avril et été revendiquées par l’EI.

La première journée du pontife argentin avait été également placée sous le sceau du dialogue interreligieux, au côté du grand imam sunnite d’Al-Azhar Ahmed Al-Tayeb.

Arrivé en début d’après-midi dans la capitale égyptienne, le pape s’est rendu à une conférence organisée par l’influente institution sunnite Al-Azhar. « Aucune violence ne peut être perpétrée au nom de Dieu, parce qu’elle profanerait son Nom », y a-t-il martelé.

Pour ce premier séjour du pape en Egypte, placée sous état d’urgence, policiers et militaires étaient omniprésents dans les rues du Caire, coupées à la circulation. La police avait également investi les toits de plusieurs immeubles.

Les abords de la Nonciature apostolique, où le pape doit séjourner, étaient fermés à la circulation vendredi. Et des blindés étaient stationnés près du siège de l’église orthodoxe copte.

Plus tôt, le pape François s’est rendu au palais présidentiel pour une rencontre avec le président Abdel Fattah al-Sissi, avant d’être reçu par le grand imam d’Al-Azhar Ahmed al-Tayeb.

A Al-Azhar, le pape a fustigé les « populismes démagogiques » qui selon lui « n’aident pas à consolider la paix et la stabilité », sans citer d’exemple de gouvernement populiste.

Il a aussi appelé à « bloquer les flux d’argent et d’armes » pour « prévenir les conflits et édifier la paix ».

– Respect des droits de l’Homme –

Toutes les églises d’Egypte ont été placées sous haute surveillance, de crainte d’un attentat, alors que l’EI a menacé de multiplier les attaques contre les coptes, majoritairement orthodoxes, qui représentent environ 10% des 92 millions d’Egyptiens.

Communauté chrétienne la plus importante en nombre du Moyen-Orient, les coptes orthodoxes d’Egypte se disent victimes de discriminations de la part des autorités et de la majorité musulmane.

Dans un autre discours prononcé devant M. Sissi, le pape François a appelé au respect « inconditionnel » des droits de l’Homme, citant « la liberté religieuse et d’expression ».

Le président égyptien est régulièrement accusé par des organisations internationales de défense des droits de l’Homme d’avoir instauré un régime ultra-répressif qui ne tolère aucune opposition depuis qu’il a destitué en 2013 son prédécesseur, l’islamiste Mohamed Morsi.

Ses détracteurs estiment qu’il a refermé la parenthèse démocratique ouverte avec le soulèvement de 2011 ayant chassé du pouvoir Hosni Moubarak.

Mais M. Sissi a été le premier président égyptien à se rendre à la messe de Noël à la cathédrale copte du Caire. Et il jouit d’une forte popularité au sein de la communauté depuis qu’il a destitué M. Morsi.

« L’Egypte se tient en premières lignes dans la confrontation du mal terroriste, son peuple paye avec sacrifice un prix exorbitant pour faire face à ce danger » a lancé M. Sissi, saluant les positions du pape François, « qui encourage la tolérance, la paix et la coexistence entre les peuples ».

– Dégel –

Le voyage de François est le deuxième d’un pape en Egypte contemporaine, après celui de Jean-Paul II en 2000, qui avait également rencontré le cheikh d’Al-Azhar.

Vieille de presque mille ans, Al-Azhar s’oppose au jihadisme inspiré du salafisme rigoriste dominant en Arabie saoudite.

Mais l’institution sunnite est également au coeur d’une lutte entre les autorités politiques et religieuses depuis que M. Sissi fait campagne pour des réformes visant à éradiquer le discours extrémistes de la sphère religieuse.

L’institution religieuse a par exemple refusé d’amender la pratique islamique des divorces prononcés de manière orale.

La visite de François vise notamment à réchauffer les relations entre Al-Azhar et le Vatican, qui s’étaient crispées après des propos controversés en 2006 du pape Benoît XVI semblant associer islam et violence.

En mai 2016, le pape François avait déjà reçu l’imam Al-Tayeb au Vatican.

Depuis son élection en 2013, Jorge Bergoglio multiplie les gestes d’ouverture envers les musulmans, au point de déconcerter parfois certains chrétiens.

Le chef spirituel de près de 1,3 milliard de catholiques doit célébrer samedi une messe dans un stade militaire de la banlieue du Caire pour la très minoritaire communauté catholique égyptienne, 272.000 fidèles de différents rites, déterminés à lui offrir un accueil mémorable.

Avec Afp et Le Figaro

Les images fortes du séjour du pape François en Égypte

Le pape François embrassait le Grand Imam d'Al-Azhar, Ahmed al-Tayeb, au Caire le 28 avril 2017, afin de prôner la tolérance et le vivre-ensemble.

EN IMAGES – Au second jour de sa visite en Égypte, le pape François célébrait une messe alors que les chrétiens d’Orient sont visés par l’État islamique. La veille, il plaidait pour la tolérance et le dialogue entre musulmans et chrétiens.

Le pape François face au Nil pour son deuxième jour au Caire, le 29 avril 2017.

Le pontife, âgé de 80 ans, s’est rendu ce samedi au stade de l’armée de l’air égyptienne, d’une capacité de 30.000 places, pour prononcer une homélie et prier avec les fidèles. Un rassemblement religieux qui réunissait tous les rites catholiques du pays, notamment les églises copte, arménienne, maronite et melkite, et dont la liturgie était en arabe et en latin.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi, serrant la main au pape François, au Caire, le 28 avril.

Le pays à majorité musulmane compte une communauté catholique d’environ 272.000 fidèles, soit 0,3%šde la population égyptienne. Les catholiques sont présents en Égypte depuis le Ve siècle.

Le pape François était avec le pape copte Théodore II, afin de célébrer «l'héritage commun» entre l'Église catholique et l'Église orthodoxe, au Caire, le 28 avril.

Entre les XVIIIe et XIXe siècles, des ordres catholiques (franciscains, dominicains, jésuites) sont venus s’installer dans le pays, développant notamment un réseau d’écoles, d’hôpitaux et d’oeuvres caritatives.

Le pape François a célébré une messe devant des milliers de personnes au Caire, en plein air, le 29 avril.

Fervent défenseur de l’oecuménisme, le pape François a eu vendredi soir une rencontre privée avec le pape copte orthodoxe d’Égypte Tawadros II. Ils se sont joints également pour une prière commune à l’église copte Saint-Pierre et Saint-Paul, où un attentat djihadiste a fait 29 victimes en décembre, en plein coeur du Caire.

Le pape François rencontrant des enfants lors de sa grande cérémonie au Caire, le 29 avril.

Les deux papes ont aussi signé une déclaration commune, réaffirmant leur liens «de fraternité et d’amitié», exaltant leur héritage commun, malgré la séparation entre l’Église catholique et les Églises orientales orthodoxes.

La cérémonie en plein air, dans un stade pouvant accueillir plus de 30.000 personnes, était placée sous haute sécurité.

La première journée du pontife argentin a été également placée sous le sceau du dialogue interreligieux, au côté du grand imam sunnite d’Al-Azhar Ahmed Al-Tayeb.

Le pape François a rendu hommage aux victimes de l'attentat du 11 décembre contre l'église copte Saint-Pierre-et-Saint-Paul au Caire, le 28 avril.

Le déplacement de François, le deuxième d’un pape en Égypte dans l’époque moderne, intervient 17 ans après celui de Jean-Paul II, qui avait marqué les esprits.

(2)