• Home »
  • RD Congo »
  • RDC: Qui est Michel M.Kanama, cet opposant farouche au régime de Joseph Kabila?

RDC: Qui est Michel M.Kanama, cet opposant farouche au régime de Joseph Kabila?

Michel M.Kanama

Mê Michel M.Kanama est une personnalité politique de la République démocratique du Congo. Juriste, Conférencier et auteur de plusieurs publications, il est Directeur-Administrateur des organes de presse Bakolokongo.com et Administrateur délégué de congotribune.net.

Juriste procédurier de formation, Mê Michel Mutikila Kanama est né le 26 août 1967 à Kipolo en République démocratique du Congo d’une famille modeste originaire de la province révolutionnaire du Kwilu. Il fait ses études secondaires au Petit Séminaire Saint Pierre Canisius de Kinzambi dans le diocèse de Kikwit. Après l’obtention de son diplôme d’État en Latin-philosophie en 1987, il fait les études d’administration publique à l’université Panteion d’Athènes en 1989. Il entame les études de droit entre 1992-1996 à l’université nationale capodistrienne d’Athènes dont il est détenteur d’une licence.

Membre de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) depuis 1986, Michel M.Kanama se lance en politique dès sa jeunesse contre le régime dictatorial du maréchal président Mobutu Sese Seko au Zaïre. En Europe, dans les années 1990-1997, il prend activement part à plusieurs réunions et manifestations de l’opposition en exil qui combattait le régime. En 1996, Laurent-Désiré Kabila apparaît avec les forces de l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo  (AFDL) pour renverser le régime président Mobutu Sese Seko. Michel M.Kanama est des premières heures parmi les cadres de la diaspora qui accompagnent le président Laurent-Désiré Kabila lors de la révolution armée de 1997 contre le régime du maréchal Mobutu avec les forces de l’AFDL. Il est alors nommé en 1996 Porte-parole du mouvement rebelle en Grèce et dans les Balkans.

Après la chute du président Mobutu Sese Seko , le 17 mai 1997, Laurent Désiré Kabila s’autoproclame président de la République démocratique du Congo. Il regagne le pays pour participer au nouvel ordre politique pour la reconstruction et la démocratie aux côtés du président Laurent Désiré Kabila. Il est conseiller à la présidence de la république et membre du Comité exécutif, directeur des relations internationales au secrétariat général de l’Alliance. Le 16 janvier 2001, le président Laurent-Désiré Kabila est assassiné dans son bureau à Kinshasa.

Après l’assassinat du président Laurent-Désiré Kabila en janvier 2001, il prend le chemin de l’exil et s’oppose farouchement au système de Joseph Kabila qui succède au pouvoir. Il fonde en 2001, depuis Athènes en Grèce, le Comité de Solidarité pour la Paix et la Démocratie au Congo (CSPD), une ONG qui dénonce les anti-valeurs et les pratiques répressives et milite pour la promotion de la paix et des idéaux démocratiques en RD Congo.

Michel M.Kanama

Après le boycott par l’Union pour Démocratie et le Progrès Social (UDPS) des élections chaotiques de 2006 qui ont proclamé Joseph Kabila vainqueur de la présidentielle, Michel M.Kanama est nommé Représentant de l’Union pour Démocratie et le Progrès Social (UDPS) en Grèce et dans les Balkans par les pères fondateurs du parti, puis Secrétaire National Délégué à la Coopération auprès de l’Internationale Socialiste.

En 2010 il fait front dans l’Armée de Résistance Populaire (ARP) avec le général Faustin Munene, ancien chef des armées de la République  démocratique du Congo (en exil au Congo-Brazzaville) sous Laurent Désiré Kabila pour dénoncer un pouvoir répressif d’imposture et d’occupation du président Joseph Kabila au service de la mafia internationale et combattre son système. Michel M.Kanama se charge de la lourde mission de concevoir le programme politique et idéologique du mouvement politico-militaire. Il devient porte-parole et directeur de cabinet de l’ARP. Il est alors le principal responsable de l’organisation politique et idéologique du mouvement d’opposition politico-militaire depuis sa création. En novembre 2016, il dénonce la déviation, les comportements et pratiques en contradiction flagrante avec la philosophie de la résistance et claque définitivement la porte de l’ARP.

Convaincus qu’à la fin de son deuxième et dernier mandat, conformément à la constitution congolaise en vigueur, le président Joseph Kabila n’organisera guère les élections pour une alternance démocratique pacifique en République démocratique du Congo, un groupe d’opposants congolais de la diaspora, [ils sont dans la plupart des anciens cadres du MLC (mouvement de Libération  du Congo), de l’ARP (Armée de résistance Populaire), l’APARECO (Alliance de Patriotes pour la Refondation du Congo), de l’UDPS, des indépendantistes ainsi que des activistes de droits de l’homme] se réunissent en assemblée à Bruxelles pour créer le 3 décembre 2016 un parti politique dénommé CONGRÈS DE RÉSISTANCE PATRIOTIQUE, CRP en sigle : mouvement d’opposition et de résistance. Michel M.Kanama est alors plébiscité  président national du parti. Objectif : la défense de la patrie, des valeurs socioculturelles, du patrimoine naturel et géologique.

Avec le CRP, Michel M.Kanama entend mener une résistance d’action avec des méthodes et moyens de bord adaptés aux circonstances de temps et de l’espace pour l’intérêt supérieur de la patrie et non une résistance de discours rhétoriques et de distraction qui a longtemps contribué au malheur du peuple congolais sans résultat concret. Il entend aussi jouer un rôle déterminant dans le principe de respect de la constitution et des valeurs républicaines en République démocratique du Congo, remédier aux erreurs et échecs enregistrés jusque-là par les partis politiques et différentes organisations d’opposition et de résistance contre tout système dangereux antipatriotique en République démocratique du Congo.

Par Congotribune.net

Mê Michel Mutikila Kanama, homme politique de République démocratique du Congo; Directeur-Administrateur de Bakolokongo.com et Administrateur délégué de CongoTribune.net (Photo archives Congotribune, Paris)