RDC: le nonce apostolique dénonce un «Etat prédateur»

Mgr Luis Mariano Montemayor, Nonce apostolique en République démocratique du Congo

« Etat prédateur ». Loin de son peuple, le représentant du Vatican en RDC, connu pour son ton critique vis-à-vis du pouvoir, a une nouvelle fois pas mâché ses mots. Dans un entretien accordé à la radio onusienne Radio Okapi mercredi 13 septembre, il a également dit qu’il n’y aura pas de visite du pape en République démocratique du Congo avant la tenue d’élections dans ce pays-continent. Une annonce déjà faite en juin.

C’est le 30 juin, lors de la messe aux apôtres, que le nonce apostolique jette pour la première fois le pavé dans la mare. Luis Mariano Montemayor annonce alors que le pape François avait prévu de se rendre en RDC en juillet ou en août, mais que cette visite a été reportée pour éviter « des manipulations politiques qui pourraient diviser la nation ».

En clair, il n’y aura pas de visite du chef de l’Eglise tant qu’il n’y a pas eu d’élections présidentielle et législatives dans le pays. Ce message, le nonce apostolique l’a répété à Radio Okapi cette semaine. Il ne faut pas que la visite du pape puisse être comprise comme un soutien à « la continuation du pouvoir illégitime », a expliqué Luis Mariano Montemayor, ou  encore comme un encouragement à manifester pour expulser le régime en place.

Mais le représentant du Vatican à Kinshasa a aussi fortement critiqué l’attitude des autorités congolaises et de la classe politique toute entière face à la crise humanitaire qui secoue les Kasaï depuis plus d’un an. « Pourquoi le pape doit-il appeler à sauver des enfants au Kasaï ? », s’est interrogé le nonce fustigeant le manque d’implication ou de mobilisation du pouvoir et des partis politiques congolais pour venir en aide à cette région.

Le nonce a aussi dénoncé une « tradition d’Etat prédateur de son peuple » et appelé une nouvelle fois à faire acheminer au plus vite de la nourriture et des médicaments aux milliers de déplacés du Kasaï, notamment dans le territoire de Luiza au sud de Kananga où aucune aide humanitaire n’est encore arrivée, selon l’Eglise catholique très impliquée dans cette région du centre du Congo.

Rfi