• Home »
  • A la Une »
  • RDC: Félix Tshisekedi tient son premier meeting face à des milliers de militants de l’UDPS à Kinshasa

RDC: Félix Tshisekedi tient son premier meeting face à des milliers de militants de l’UDPS à Kinshasa

Les autorités avaient donné leur feu vert à la tenue de cette réunion publique du principal parti d’opposition congolais au cours duquel son leader Félix Tshisekedi, élu à la tête de cette formation il y a 3 semaines, a pris la parole face à des milliers de militants de l’UDPS à Kinshasa, place Sainte-Thérèse dans la commune de N’djili.

Le meeting s’est déroulé dans le calme, devant quelques milliers de militants venus écouter le leader de l’UDPS. Félix Tshisekedi est déterminé à démontrer qu’il est bel et bien celui qui pourra mener l’opposition congolaise jusqu’à la victoire à la présidentielle. Félix Tshisekedi a donc salué la décision des autorités d’autoriser ce rassemblement, tout en incitant les autorités à aller plus loin sur le chemin de la décrispation.

Certains ont attendu plus de cinq heures sous le soleil. Félix Tshiekedi et son cortège ont mis plus de deux heures à parcourir la quinzaine de kilomètres qui séparaient sa résidence de la place Sainte-Thérèse, escorté de motos. Il faut dire qu’un meeting autorisé, cela fait longtemps que les militants de l’UDPS attendaient cela.

Comme annoncé, la présence policière était discrète, il y avait comme un parfum de décrispation cet après-midi. Félix Tshisekedi a commencé par demander une minute de silence pour les victimes congolaises du Kasaï et de l’est du Congo. Puis il a fait ce que ses partisans attendaient de lui : endosser le costume de candidat à la présidentielle et démentir les rumeurs sur d’éventuelles négociations pour un poste de Premier ministre.

« L’ennemi numéro 1 de l’Etat de droit, (…) c’est la corruption »

« Le congrès m’a élu pour être candidat à la présidentielle. Comment me rabaisser à la primature » a-t-il lancé, appelant les militants à ne pas écouter ses « détracteurs ». « Cette autorisation n’est pas un cadeau, c’est une conséquence de notre lutte », a-t-il aussi déclaré pour inciter ses militants à ne pas se décourager, avant de redire son opposition à la machine à voter, ce système de vote via écran tactile qualifié de machine à « tricher ».

Félix Tshisekedi, nouveau président de l’UDPS: «Les délégués m’ont élu à 98% président national de l’UDPS mais ils ne se sont pas arrêtés là ! Ils m’ont demandé d’être leur candidat à la présidentielle et maintenant vous voudriez me ramener à la primature ? Allons ! Pourquoi est-ce que vous vous tracassez ?»

Dans un second temps, le nouveau patron de l’UDPS a dévoilé les grandes lignes de son programme. « L’ennemi numéro 1 de l’Etat de droit, et qui fait que notre pays est à terre, c’est la corruption. Elle concerne toutes les couches de la société, du sommet jusqu’à la base. Il faut combattre ce fléau, cette gangrène qui ronge tout jusqu’à l’os », a-t-il dit. Il a également et longuement insisté sur l’éducation en promettant notamment la gratuité pour les écoles primaires en cas d’élection.

« Les autorités sont sur la bonne voie »

Félix Tshisekedi a salué la décision des autorités d’autoriser ce rassemblement, une première depuis septembre 2016, tout en incitant les autorités à aller plus loin sur le chemin de la décrispation. Félix Thisekedi leur a notamment demandé de libérer les prisonniers politiques au Congo et de permettre le retour des opposants en exil, et notamment Moïse Katumbi, également candidat à la présidentielle, mais qui risque la prison s’il revient au pays.

S’il est élu, Félix Tshisekedi érigera un mausolée en l’honneur de son père

Un discours salué par ses partisans, malgré quelques huées. Ce mardi 24 avril, une partie des militants ne comprend pas pourquoi le corps d’Etienne Tshisekedi sera enterré à Nsélé plutôt qu’à Limité, où se situe le siège du parti. Felix leur promet que s’il est élu, un mausolée en l’honneur de son père sera érigé.

À propos du rapatriement du corps de son père, Felix a annoncé que la trêve politique mentionnée lors de la signature de l’accord samedi 21 avril ne débutera que le jour où la dépouille arrivera à Kinshasa.

(Avec Rfi)

(0)