RDC: Ebola continue sa marche sinistre à Mbandaka

Trois nouveaux cas de maladie à virus Ebola ont été confirmés à Mbandaka, dans le nord-ouest, par les autorités congolaises. Cela porte à 43 le nombre de cas présentant des symptômes de la maladie.
En RD Congo, la maladie à virus Ebola continue d’avancer alors que le gouvernement a déclenché son plan de riposte et que l’OMS a envoyé plus de 7 000 doses de vaccin.

Le Dr Oly Ilunga, ministre congolais de la Santé, est monté ce vendredi au front pour faire le point sur la situation épidémiologique de la maladie à virus Ebola. « Trois nouveaux cas rapportés (jeudi) à Wangata ont été testés positifs au virus Ebola », a-t-il indiqué. « Huit tests effectués chez des cas suspects de Bikoro se sont révélés négatifs. Ces cas ont ainsi été reclassifiés non-cas et ont été retirés du tableau récapitulatif », a expliqué le Dr Oly Ilunga. Au même moment, « quatre nouveaux cas » se sont ajoutés à Iboko, un village de la région de Bikoro, et quatre autres nouveaux cas à Wangata, quartier de Mbandaka, parmi lesquels les trois testés positifs au virus Ebola, a-t-il poursuivi. « Au total, 43 cas de fièvre hémorragique ont été signalés dans la région (de l’Équateur), dont 17 confirmés, 21 probables et 5 suspects », affirme le communiqué. Mbandaka, ville de 1,2 million d’habitants, et Bikoro (200 000 habitants) sont situées à respectivement 700 et 600 km au nord de Kinshasa.

Le plan de riposte activé

Vendredi, le gouvernement avait annoncé avoir activé le plan de riposte contre cette épidémie « de portée nationale et internationale », tandis que l’OMS a considéré que l’épidémie actuelle ne constituait pas une urgence de « portée mondiale ». Dans son dernier bilan, l’OMS faisait état vendredi d’un total de 45 cas, dont 25 décès. Le 8 mai, le gouvernement congolais avait confirmé la neuvième épidémie enregistrée dans le pays depuis l’apparition de la maladie sur le sol congolais, en 1976. La dernière remonte à 2017. Rapidement circonscrite, elle avait fait officiellement quatre morts.

Plus de 7 000 doses de vaccin envoyées par l’OMS

Dans l’épidémie actuelle, les cas avaient jusqu’à présent été uniquement recensés dans la région de Bikoro, zone rurale très difficile d’accès à la frontière avec le Congo-Brazzaville. L’OMS va envoyer 7 540 doses d’un vaccin expérimental. Les autorités ont affirmé avoir réceptionné 5 400 doses de vaccin contre Ebola. L’épidémie d’Ebola la plus violente de l’histoire a frappé l’Afrique de l’Ouest entre fin 2013 et 2016, causant plus de 11 300 morts sur quelque 29 000 cas recensés, à plus de 99 % en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone. L’OMS avait alors été vivement critiquée pour la lenteur de sa réaction.

Le Point Afrique