• Home »
  • A la Une »
  • RD-Congo: le pape a nommé Mgr Ettore Balestrero chargé d’affaires à la nonciature

RD-Congo: le pape a nommé Mgr Ettore Balestrero chargé d’affaires à la nonciature

Vendredi 6 juillet, le pape a nommé Mgr Ettore Balestrero, précédemment nonce en Colombie,  pour le traitement des affaires  de la nonciature apostolique en RD-Congo.Mgr Luis Mariano Montemayor, le nonce apostolique  avait quitté la RD-Congo depuis janvier, officiellement pour des raisons de santé.

La RD-Congo a a désormais un chargé d’affaires de la nonciature apostolique. Le pape François a nommé, à ce poste, vendredi 6 juillet, Mgr Ettore Balestrero, ancien nonce en Colombie. Dans un bref communiqué, le Saint-Siège précise que le diplomate italien est nommé « chef de mission pour expédier les affaires courantes à la nonciature apostolique à Kinshasa », il ne s’agit donc pas de nommer un nouveau nonce, du moins pour l’instant, avec statut d’ambassadeur.

Bras de fer entre l’Église et le pouvoir

Nommé nonce apostolique en RD-Congo en 2015, Mgr Luis Mariano Montemayor, 62 ans, a été témoin du bras de fer qui oppose, depuis de longs mois, le pouvoir à l’Église catholique.

Depuis 2017, l’Église de ce pays d’Afrique centrale est en première ligne dans la contestation du régime en place.

En décembre 2016, la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) avait joué un rôle de médiation pour décanter la crise politique survenue au terme du deuxième et dernier mandat constitutionnel de Joseph Kabila. Elle avait même réussi à arracher un accord de sortie de crise au pouvoir et à l’opposition.

Cet accord, dit de la « Saint Sylvestre », prévoyait l’organisation d’élections fin 2017, auxquelles le président sortant Joseph Kabila ne serait pas candidat. Il a été facilité et encouragé par le Saint-Siège qui, par la voix de Mgr Luis Mariano Montemayor, avait expliqué que le pape n’irait en RD-Congo que si des élections respectueuses de la Constitution y étaient organisées.

Les marches de protestation durement réprimées

Dans une interview accordée à la radio des Nations unies en RD-Congo, Radio Okapi, en septembre 2017, le nonce avait expliqué et défendu cette position. « Quand il y aura élection, on sera sûr qu’il y aura les conditions d’une pacification du pays, avait-il justifié. Avant ça, [il y a] risque de manipulation, d’exploitation de la visite du Saint-Père. Soit pour dire qu’il appuie la continuation du gouvernement illégitime. Soit pour ceux qui (…) espèrent expulser le régime en fonction des mouvements populaires. »

Mais des élections n’ont pas été organisées fin 2017 et de nombreuses dispositions de l’accord de sortie de crise ont été violées. Pour exprimer son désaccord, l’Église catholique a organisé trois marches de protestation rudement réprimées par la police. Celles-ci ont fait 17 morts et de nombreux blessés.

Un départ précipité
Après la première marche de protestation le 31 décembre 2017, Mgr Montemayor a estimé que le Comité laïc de coordination (CLC) – le collectif de laïcs catholiques à l’origine des marches de protestation – « a personnalité juridique et peut organiser des initiatives dans tout le territoire de l’archidiocèse ». Cette déclaration a été perçue comme un soutien aux manifestations anti-Kabila.

Quelques jours plus tard, Mgr Luis Mariano Montemayor a regagné Rome. Pour se « soigner », avait alors précisé à La Croix Africa le père Donatien Nshole, secrétaire général de la Cenco.

Mais les quotidiens proches du pouvoir ont soutenu que ce départ précipité est une des conséquences de la visite, le 19 janvier, du chef de la diplomatie congolaise, Léonard She Okitundu, au Vatican. Selon ces médias proches du pouvoir, celui aurait demandé et obtenu la nomination d’un autre nonce en RD-Congo.

Qui est Mgr Balestrero le nouveau nonce ?

Le chargé des affaires de la nonciature, Mgr Ettore Balestrero a été ordonné en 1993 pour le diocèse de Rome. Il est entré au service diplomatique du Saint-Siège en 1996, et a officié en Corée, en Mongolie et aux Pays-Bas.

« Numéro deux » des relations avec les États, dirigées par Mgr Dominique Mamberti, ce polyglotte, familier des nouvelles technologies, était très apprécié des diplomates près le Saint-Siège pour sa « franchise » et sa « facilité de contact ».

Il a suivi, entre autres, les négociations avec le Conseil de l’Europe pour les questions financières dans le cadre de « Moneyval ». Il s’est également occupé du dossier des relations avec le Vietnam.

Il a été nommé nonce en Colombie en 2013, dans un contexte politique difficile de conflit entre le gouvernement et la principale guérilla marxiste des Farc.

Avec La Croix