RD Congo: le calvaire de gouvernance de Félix Tshisekedi

ANALYSE. Pourquoi la gouvernance de Félix Tshisekedi s’annonce très difficile ? L’arrivée au pouvoir de Félix Tshisekedi ne fait pas l’unanimité, pas plus que les conditions de son élection, d’autant plus que les défis qui l’attendent sont nombreux. Les RD Congolais attendent beaucoup de leur nouveau chef de l’État, notamment pour améliorer leurs conditions de vie au quotidien.

Proclamé vainqueur de l’élection présidentielle du 30 décembre par la Ceni dans la nuit du mercredi 9 et jeudi 10 janvier dernier, le nouvel homme fort de Kinshasa a finalement prêté serment le jeudi 24 janvier, après la confirmation de sa victoire par la Haute Cour constitutionnelle du pays. Un événement historique pour la RDC et la sous-région, mais aussi déterminant, puisque le nouveau président hérite d’un pays aux innombrables défis. Comment Félix Tshisekedi va-t-il gouverner, avec qui et surtout avec quels moyens ? Ce sont les questions que se posent de nombreux Congolais, loin de se satisfaire de cette passation pacifique du pouvoir.

Des pressions de toutes parts

Silencieux depuis la réception de son Nobel de la paix, le docteur Denis Mukwenge est pourtant sorti de sa réserve et a lancé un vif avertissement à Félix Tshisekedi : « Notre peuple, qui a tant souffert à cause d’un système qui l’a asservi depuis des décennies, attend beaucoup de ses nouveaux dirigeants pour améliorer son quotidien et lui tracer un avenir plus prometteur », a-t-il déclaré depuis son fief de Panzi, dans l’est de la RDC. Avant d’ajouter : « Nous espérons qu’ils assumeront ce rôle avec gravité. » Peu avant le célèbre médecin, Mgr Fridolin Ambongo, archevêque de Kinshasa, mettait déjà en garde le nouveau président, devant les caméras de France 24. « Ma peur est qu’il n’y ait pas de changement, que ce soit le même système qui continue, a-t-il confié, alors que le nouveau président devait être investi ce jeudi 24 janvier. Mon message au nouveau président serait de lui dire qu’il n’oublie pas d’où il vient. Qu’il n’oublie pas le combat du peuple, car le peuple souffre. »

Un autre avertissement plus direct encore est cette fois venu d’Ève Bazaiba, secrétaire générale du MLC, parti de Jean-Pierre Bemba et soutien de Martin Fayulu. « Félix Tshisekedi n’a pas gagné et il le sait bien. On lui a montré qu’il était troisième derrière, après Shadary, on lui a donné le pouvoir pour garantir les intérêts de la continuité. » « Qu’il sache que le pouvoir qu’on lui a donné est un cadeau empoisonné », renchérit-elle.

En clair, ces déclarations ne font que plonger l’actuel président dans une crise de légitimité qui était somme toute prévisible. En effet, le scénario de sa victoire était tracé depuis de longs mois, et ses derniers rapprochements avec l’ancien président Joseph Kabila n’ont fait que renforcer ce sentiment. Pour beaucoup, le nouvel homme fort de Kinshasa ne peut pas agir dans l’immédiat et marquer sa distance avec son prédécesseur, car la majorité acquise par les pro-Kabila à l’Assemblée nationale et dans les autres instances a fini par sceller pour longtemps cette alliance. Et ce ne sont pas les prochaines élections des sénateurs, des gouverneurs et municipales qui se pointent déjà à l’horizon qui vont faire tanguer le navire Tshisekedi-Kabila.

La nomination du Premier ministre déterminante

L’ultime étape de cet improbable tandem reste la nomination d’un Premier ministre, forcément issu du camp majoritaire – en vue de la formation d’un gouvernement. Serait-ce là le talon d’Achille de Félix Tshisekedi ? À en croire de nombreux analystes, les tensions vont s’accroître si le président pose une action dans ce sens. Pour beaucoup, revoir un fidèle de Kabila occuper un poste aussi stratégique que celui de Premier ministre serait un acte de haute trahison, car, dit-on dans les rues de Kinshasa, « aux vins nouveaux, outres neuves ». Selon les informations divulguées par l’AFP quelques jours avant la prestation de serment, les deux coalitions pro-Kabila, Front commun pour le Congo (FCC), et pro-Tshisekedi, Cap pour le changement (Cach), ont bel et bien signé un « accord de coalition politique » et de « partage du pouvoir ». Ce document prévoit une « répartition par famille politique des postes ministériels et autres postes administratifs ». « Si ces informations sont vraies, c’est fini, Tshisekedi a trahi notre lutte pour le pouvoir », estime Marceline Kobwe, institutrice d’une école privée d’un quartier périphérique de Kinshasa. « Nous avons sanctionné ces gens à cause de leur mauvaise gestion et nous n’accepterons pas leur présence dans le futur gouvernement. »

De sérieux défis sur les plans sécuritaires et socio-économiques

En plus d’être attentifs à la gouvernance, les critiques se font entendre sur la situation socio-économique et sécuritaire. Des sujets que beaucoup qualifient d’échecs pour l’ancienne administration. Félix Tshisekédi en a bien conscience : dans son premier discours à la nation, jeudi, il a fait des promesses sur ces principaux dossiers. « Nous ne célébrons pas la victoire contre un autre, nous honorons un Congo réconcilié. Ce ne sera pas un Congo de la division, de la haine ou du tribalisme. Nous voulons construire un Congo fort. Un Congo tourné vers son développement, un Congo pour tous dans lequel chacun mérite sa place », a déclaré Tshisekedi, avant de poursuivre : « Nous allons initier une stratégie de lutte contre la corruption dans l’ensemble des rouages de l’administration publique. Un accent particulier sera porté sur la lutte contre la délinquance fiscale », avait-il déclaré.

Des promesses et des mots qui n’ont visiblement que peu convaincu. « Il ne manque pas de lois anticorruption dans ce pays, c’est plus l’application qui pose problème. Tshisekedi a été choisi par Kabila pour de mauvaises raisons. Ce ne sont pas ses qualités qui ont été mises en avant », confie Prince Mujinga, analyste politique.

Ironisant sur l’ambitieux projet de société de Tshisekedi, Sindika Dokolo, président du mouvement citoyen congolais Debout Congolais, gendre de l’ancien président angolais Dos Santos et vivant en exil, a déclaré dans un tweet : « J’attends de voir les 84 milliards de dollars promis par Félix Tshisekedi dans les caisses de l’État. » « Mais concernant d’abord cette année, Félix Tshisekedi doit au moins nous rapporter 18 milliards de dollars, bâtir 214 industries, et offrir 400 000 emplois conformément à son projet de société. »

À ce tableau sombre s’ajoutent les relations économiques plus que tendues qu’a entretenues Kinshasa ces dernières années avec ses partenaires financiers internationaux. Sans compter que la paix ne bénéficie quasiment plus d’aide humanitaire. Depuis l’année passée, l’Union européenne s’était résolue à suspendre toute aide humanitaire destinée à la RDC en représailles aux abus des droits de l’homme perpétrés par les forces de l’ordre lors des manifestations anti-Kabila et le massacre du Kasai, une province du centre de la RDC. C’est dire, au regard de cet alignement de questions, combien le quinquennat de Félix Tshisekedi s’ouvre dans un contexte miné sur plusieurs plans. À lui, dans les prochains jours, le défi d’indiquer la direction qu’il souhaite donner à son mandat.

(Avec Le Point Afrique)