Présidentielle en RDC: le diplôme belge de Félix Tshisekedi est un faux

Selon La Libre.be, un journal belge en ligne, l’attestation de diplôme d’un « graduat en marketing et communication » de Félix Tshisekedi est fausse. Le diplôme que l’opposant congolais Félix Tshisekedi a présenté dans le cadre de l’enregistrement de sa candidature à l’élection présidentielle congolaise n’a jamais existé, confirme cet après-midi le cabinet de l’échevine de l’Instruction publique, Faouzia Hariche.

Si le porte-parole de l’échevine nous confirme que Felix Tshisekedi a bien suivi des études secondaires (une filière qui n’existe plus aujourd’hui) au sein de l’Institut des Carrières Commerciales (ICC), il n’a par contre jamais obtenu de graduat en marketing et communication, comme indiqué sur la copie de diplôme qu’il a produite. « Il a commencé ce graduat mais il ne l’a jamais terminé », explique le porte-parole de Mme Hariche. « L’ICC n’a pas fourni ce document et je ne vois pas qui d’autre aurait pu le faire », poursuit-il.

L’ICC est une école supérieure de promotion sociale de la Ville de Bruxelles.

Des rumeurs au sujet de « faux diplômes » de Felix Tshisekedi circulaient depuis des mois et avait déjà agité la campagne présidentielle au Congo. Le titre académique dont s’est prévalu Félix Tshisekedi pour se présenter était-il vrai ? Celui-ci, comme la loi le lui imposait, a en effet déposé devant la Commission électorale nationale indépendante un document attestant l’obtention avec mention « satisfaction » d’un « graduat en marketing et communication ».

C’est La Libre Belgique qui a révélé l’affaire ce matin, en publiant une attestation du « diplôme en marketing et communication » du principal intéressé, qu’il aurait reçu à l’issue de l’année académique 1990-1991 avec mention « satisfaction ».

Ce diplôme, il l’aurait obtenu durant l’année académique 1990-1991 à l’Institut des carrières commerciales (ICC), une école supérieure de promotion sociale relevant de la Ville de Bruxelles.

© DR

Un graduat qui n’existe pas

La Libre peut confirmer que, selon l’Institut ainsi que selon l’administration de la Fédération Wallonie-Bruxelles, ce document n’est pas issu des services de l’ICC qui, comme il le précise lui-même, n’organise pas un tel graduat.

De plus, et c’est aussi ce que confirme l’administration de la Fédération Wallonie-Bruxelles, il n’y a pas de traces de cette attestation à l’ICC. L’administration confirme donc bien le fait que cette attestation n’est pas valide en tant que telle.

Des poursuites et risque d’invalidation de sa candidature?

Des poursuites pourraient être engagées en Belgique et, surtout, la Cour constitutionnelle congolaise pourrait invalider à tout instant le candidat. Une épée de Damoclès au-dessus de la tête d’un candidat président qui pourrait être pieds et poings liés vis-à-vis du pouvoir.

La question pourrait être d’importance, puisqu’elle est de nature à faire peser sur le candidat le risque d’une invalidation de sa candidature, alors même que des pourparlers sont en cours.

Il faut cependant préciser que sur son site internet, la CENI, la commission électorale nationale indépendante congolaise, détaille les conditions pour être candidat à la présidentielle. Parmi elles, « avoir un diplôme d’études supérieures ou universitaires ou justifier d’une expérience professionnelle d’au moins cinq ans dans le domaine politique, administratif ou socio-économique ». Si Felix Tshisekedi n’a pas obtenu de diplôme d’études supérieures, il peut par contre se targuer d’une longue expérience en politique.

De son côté, la Ville de Bruxelles explique qu’il n’est pour l’instant pas question d’entamer des démarches suite à cette affaire. « Ce n’est pas à l’ordre du jour », nous confirme l’échevinat de l’Instruction publique.

(Avec La Libre et Rtbf)