• Home »
  • A la Une »
  • Présidentielle en RD Congo: l’énigmatique discours de Joseph Kabila au Parlement

Présidentielle en RD Congo: l’énigmatique discours de Joseph Kabila au Parlement

Le président Jospeh Kabila a livré jeudi 19 juillet 2018, à Kinshasa, devant les deux chambres du Parlement réunies en congrès, un discours très attendu. Le président congolais s’est à nouveau engagé à respecter la Constitution de la République démocratique du Congo… sans dire un mot sur son avenir politique, à cinq mois de la présidentielle et à moins d’une semaine du dépôt des candidatures à la présidentielle. Le chef de l’État congolais n’a donné aucune indication sur son avenir politique.

Le président Kabila de RD Congo n’a rien dit de ses intentions quant à l’élection présidentielle. La date des élections fixée au 23 décembre 2018 « reste maintenue » et « notre engagement à respecter la Constitution demeure lui aussi non équivoque », a déclaré M. Kabila dans une allocution au Parlement ce jeudi. L’organisation des élections en RDC est « une affaire de souveraineté » et par conséquent financée par l’État congolais, a-t-il réaffirmé, en vantant son bilan à la tête du pays. Le discours de Kabila était très attendu par la classe politique congolaise et les partenaires de la RDC qui espéraient que le chef de l’État dirait un mot sur son avenir politique. Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, avait indiqué que Kabila allait annoncer une série de « décisions importantes ».

 Kabila en défenseur de la souveraineté…

« Ce ne sont ni les accusations gratuites et infondées, ni les pressions et menaces inconsidérées, des sanctions arbitraires et injustes qui nous détourneront de la voie que nous nous sommes tracée nous-mêmes, volontairement et librement », a dit M. Kabila. « Aujourd’hui, notre modèle démocratique a fait ses preuves et ceux qui tentaient de s’improviser en donneurs de leçons l’ont bien compris : la République démocratique du Congo, n’ayant jamais donné de leçon à personne, n’est pas disposée à en recevoir dans ce domaine. Et surtout pas de la part de ceux qui ont assassiné la démocratie dans ce pays et ailleurs. » « N’en déplaise à ceux qui ne voient que ce qui reste à faire, et non ce qui a été fait », a-t-il lancé sous les acclamations de ses partisans.

… face à la défiance internationale et la déception des partis d’opposition

Dans un communiqué publié à New York à l’issue de deux jours d’une réunion annuelle, le Conseil de sécurité de l’ONU et le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine ont souligné attendre « un transfert démocratique du pouvoir » en RD Congo. « Les élections doivent mener à un transfert pacifique et démocratique du pouvoir en accord avec la Constitution », insiste leur communiqué conjoint qui dénie implicitement à Joseph Kabila la possibilité de se représenter.

Dans le pays, le parti historique de l’opposition (Union pour la démocratie et le progrès social) a promis « une réaction musclée demain (vendredi) » contre M. Kabila, a indiqué son porte-parole, Augustin Kabuya. « Le peuple congolais n’a plus rien à attendre d’une personne qui se croit monarque éternel », a réagi le député d’opposition Claudel André Lubaya. « Nous sommes déçus par ce discours du président Kabila qui a encore raté l’occasion de se prononcer sur son avenir politique », a déclaré un autre élu d’opposition. « Kabila n’a rien dit sur son avenir politique. Toujours pas de signe clair qu’il prévoit de quitter le pouvoir conformément à la Constitution [et] permettre un scrutin crédible. Il faut d’urgence une pression accrue pour le convaincre de changer de cap », a estimé Ida Sawyer, directrice Afrique de Human Rights Watch et persona non grata en RDC pour ses prises de position antérieures.

La société civile à l’offensive

Quelques heures avant le discours, le mouvement citoyen congolais Lutte pour le changement (Lucha) a écrit sur Twitter : « Candidat ? Levons-nous tous aussitôt pour le démettre comme on aurait dû le faire depuis longtemps. Pas candidat ? Continuons à exiger de vraies élections, impossibles avec lui et sa Ceni [commission électorale] aux commandes ». Ce mouvement né à Goma (est) est à la pointe de la contestation contre le maintien au pouvoir de M. Kabila dont le mandat s’est achevé le 20 décembre. La Constitution lui interdit de se représenter.

Le cadre de la présidentielle

Le dépôt des candidatures doit s’ouvrir le 24 juillet et se terminer le 8 août. « Le suspense continue pour quelque temps jusqu’au 8 août », a dit le député de la majorité Patrick Muyaya. Un scrutin est ouvert « à tous ceux qui en réunissent les conditions légales d’éligibilité », a précisé M. Kabila. Parmi les candidats déclarés à la présidentielle figure l’opposant en exil, Moïse Katumbi. Ancien allié du président, M. Katumbi a été condamné à trois ans de prison en 2016 dans une affaire immobilière et est menacé d’arrestation dès son retour en RDC.

Avec Afp