Kinshasa sous la menace d’une pénurie de carburant

La RDC va-t-elle connaître une pénurie de carburant ? Kinshasa, la capitale, semble en tout cas être sur la voie. Des longues files des véhicules sont visibles depuis mercredi 30 août. La corporation des pétroliers tire la sonnette d’alarme, assure qu’elle ne peut pas renouveler ses stocks. Le gouvernement se veut plutôt rassurant.

Avenue Pierre Mulele, ex 24-Novembre, place Maison Shengen, les automobilistes font la queue à la station-service. Ici, les pompistes ne peuvent livrer que 10 litres de carburants par véhicule. Un peu plus loin, place Mandela, dans une autre station-service, les pompes sont à l’arrêt, tout est épuisé, répond tout simplement la gérante : « Je n’ai pas vraiment beaucoup d’explications à vous donner. Nous avons passé la commande et nous attendons une livraison qui n’est pas encore arrivée. Le peu de stock qu’on avait, on l’a servi. Le stock est épuisé, nous attendons jusqu’au soir ».

Le groupement professionnel des distributeurs de produits pétroliers a écrit au Premier ministre pour tirer la sonnette d’alarme. Dans sa correspondance, le président de cette corporation, Charles Nikobasa, parle de l’impossibilité pour les pétroliers de renouveler les stocks de leurs produits. Les sociétés pétrolières sollicitent alors une intervention du gouvernement et une allocation spécifique.

Les pétroliers proposent la convocation d’une réunion en vue d’examiner et arrêter ensemble les mesures appropriées et leurs modalités de mise en œuvre. Mais SEP Congo donne un autre son de cloche. Cette société affirme disposer d’un stock suffisant pour approvisionner le pays de façon continue.

Avec Rfi

(0)