• Home »
  • A la Une »
  • Joseph Kabila réprime à nouveau dans le sang la marche pacifique des catholiques en RDC

Joseph Kabila réprime à nouveau dans le sang la marche pacifique des catholiques en RDC

La marche pacifique anti-Kabila des catholiques de ce dimanche 21 janvier dont l’appel a été lancé par le Comité laïc de coordination contre le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila, vient d’être à nouveau réprimée dans le sang par le pouvoir de la médiocrité du régime de Kinshasa.

D’après les premières sources de Bakolokongo, les prétendues forces de l’ordre qui sèment la barbarie ont fait éruption à la paroisse Saint François de Salle de Kintambo à Kinshasa, elles ont poursuivi les chrétiens dans l’enceinte de l’église et ont tiré à bout portant sur les fidèles. Une personne a été tuée et deux personnes blessées. Thérèse, une aspirante religieuse de la congrégation des franciscains, a été tuée à bout portant dans l’église et son corps a été placé à la morgue alors que les deux blessés dont l’un à l’épaule et l’autre à la cuisse ont été acheminés à l’hôpital.

Pour l’instant le bilan provisoire de la répression sanglante de la barbarie de prétendues forces de l’ordre fait état d’un mort et neuf blessés dans la dispersion de ces marches, à Kinshasa.

Internet coupé à Kinshasa, forte présence sécuritaire

Le réseau internet a été coupé dans la nuit de samedi à dimanche à Kinshasa, comme dans le reste du pays, des barrages ont été dressés par les forces de l’ordre qui contrôlent les véhicules et les papiers d’identité.

Internet, les mails et les messageries sur les réseaux sociaux ont été coupés autour de minuit (23h00 GMT) dans la capitale de la République démocratique du Congo. Les autorités avaient déjà suspendu ces services le 31 décembre lorsqu’elles avaient interdit une précédente marche, ne les rétablissant que dans la soirée.

Les forces de l’ordre ont installé des barrages dans la ville, faisant en certains endroits descendre les passagers du véhicule pour un contrôle d’identité, a constaté une équipe de l’AFP. Des check-points ont été installés près de la paroisse Saint-Joseph, dans la commune populaire de Matongé, les fidèles étaient contrôlés avant d’entrer dans l’église.

L’assistance était cependant plus clairsemée que le 31 décembre, où l’église Saint-Joseph était bondée. Les catholiques sont appelés à défiler après la messe contre le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila. La marche a été interdite vendredi par les autorités locales de la capitale.

La mairie de Kisangani, grande ville de l’est du pays, a également refusé d’autoriser une marche de laïcs catholiques.

Manifestants dispersés à Yolo

La marche organisée par le Comité laïc de coordination a été dispersée à la paroisse St Gabriel de Yolo Sud dans la commune de Kalamu à Kinshasa,  par des gaz lacrymogènes et des coups de feu ont été entendus.

Selon les témoins, une personne a été blessée. En revanche, dans la commune de Bumbu, la marche des chrétiens  a eu lieu sur l’avenue Saio sans incident.

Paroisses cernées par les forces de l’ordre  à Mbuji-Mayi

Presque toutes les paroisses catholiques de la ville de Mbuji-Mayi sont cernées par les forces de l’ordre, depuis la nuit de 20 janvier. Des barrières gardées par la police, les FARDC et le commando spécial de Simba za Moura, sont placées sur les principales artères de la ville de Mbuji-Mayi. Les habitants sont obligés à se terrer à la maison, toute circulation est interdite.

L’évêque du diocèse de Mbuji-Mayi, monseigneur Emmanuel Bernard Kasanda encourage les curés des paroisses à regrouper les chrétiens et à dire la messe. Il s’est exprimé ce matin sur la radio catholique Buena Muntu. Il recommande aux prêtres d’organiser la prière.

« Aux prêtres du diocèse de Mbuji-Mayi, aux religieux et religieuses et à mon peuple fidèle du diocèse de Mbuji-Mayi. Quelle grande surprise de nous réveiller ce matin [21 janvier] en constatant les forces de l’ordre postées aux portes de nos églises respectives. J’exhorte les prêtres, vêtus de leurs soutanes, d’aller présider  l’eucharistie à leurs endroits respectifs. Car, rien ne nous a été notifié en rapport  ce que nous constatons. Ne les craignez point. Ayez le courage et osez regrouper les chrétiens pour cette célébration qui ne va pas nous être refusé. L’union fait la force. Unissez-vous pour organiser la prière », exhorte Mgr Emmanuel-Bernard Kasanda.

Marche pacifique réprimée à Kisangani et Bukavu

La marche pacifique des chrétiens organisée par le Comité laïc de coordination  (CLC) et prévue ce dimanche 21 janvier a été réprimée à Kisangani et Bukavu.

A Kisangani, la marche des laïcs chrétiens catholiques a été fortement  réprimée par les forces de l’ordre, ce dimanche 21 janvier. C’est aux environs de neuf heures, heure locale, que les marches ont débuté dans différentes paroisses catholiques de la ville de Kisangani, après la messe. Dans chaque paroisse les manifestants ont été accompagnés par leurs curés respectifs ainsi que d’autres prêtres à la tête d’affiche.

Les chrétiens catholiques scandaient des chants religieux, portant une croix au-devant et brandissaient des calicots sur lesquels on pouvait lire : «nous fidèles chrétiens, demandons l’application complète et intégrale des accords de la Saint Sylvestre su 31 décembre 2016 ».

Les uns ont parcouru plus au moins  cinq cent mètres du point de départ et les autres, par contre ont fait près d’un kilomètre avant d’être dispersé par la police.

Ces éléments de la police nationale ont fait usage des gaz Lacrymogène et tiré à balles réelles de sommation.

Difficile pour le moment d’établir un quelconque bilan. Néanmoins, des cas des blessés ont enregistré chez les chrétiens de la paroisse Saint Esprit.

A Bukavu, la police a déployé ses éléments sur tous les points chauds de la ville. C’est notamment à la place Mulamba, au marché de Nyawera, Vamaro, près de la DGI, non loin de la cathédrale, la place de l’indépendance   et à la place Major Vangu/ Essence, dans commune d’Ibanda, point de chute de la marche tel que prévu par les organisateurs.

Et c’est là que le dispositif sécuritaire est renforcé. Et pendant ce temps, les célébrations eucharistiques se déroulent normalement dans plusieurs lieux de culte.

Bakolokongo avec Agences