Congo-Brazza: le gouvernement annule plusieurs passeports diplomatique

Plusieurs centaines de passeports diplomatiques congolais ont été annulés par le gouvernement et leurs détenteurs appelés à les rapporter aux autorités.

C’était l’une des recommandations du FMI et, depuis l’entrée en vigueur en février du passeport diplomatique Cemac aux conditions d’attribution restrictives, une obligation régionale. Par note de service en date du 19 juin, Jean-Claude Gakosso, le ministre congolais des Affaires étrangères, a signifié à tous les détenteurs de passeports diplomatiques congolais annulés par décret l’obligation de les ramener au siège de son ministère.

Elles sont près de 1300 personnes auxquelles il a été retiré le passeport diplomatique congolais. Depuis le 19 juin, une note de service du ministre Jean-Claude Gakosso les enjoint de rapporter le précieux document au ministère des Affaires étrangères.

1297 congolais, notamment des anciens ministres, sénateurs, députés, magistrats, officiers supérieurs, directeurs de banques, retraités de la haute fonction publique, certains membres de la famille présidentielle ainsi que des enfants ou conjoints des ministres en exercice, naguère détenteurs du passeport diplomatique, vont désormais se résoudre à voyager avec un passeport ordinaire, en se pliant aux contraintes qu’il impose, après l’annulation de leur passeport diplomatique.

Ces passeports diplomatiques annulés par décret présidentiel sont donc désormais frappés de nullité et exposeraient ceux qui continueraient de s’en servir, à faire usage de faux et à encourir les sanctions en vigueur en la matière.

De règle et de droit, le ministère des Affaires étrangères est habilité à récupérer lesdits documents.